La cyber-violence, un nouveau phénomène ?

Métiers Interactivité
Programmes Interactivité

La cyber-violence, qu’est-ce que c’est ?

La cyber-violence se définit comme un acte agressif, intentionnel, perpétré par un individu ou un groupe aux moyens de médias numériques à l’encontre d’une ou plusieurs victimes.

Les caractéristiques du cyber-harcèlement sont :

  1.  L’anonymat : les victimes ne connaissent généralement pas l’identité de leur(s) harceleur(s) qui se cachent derrière pseudo/fausse identité —> augmente le sentiment d’insécurité chez la victime.
  2. L’absence de face-à-face : cyber harcèlement via canaux numérique, victimes et harceleurs ne se rencontrent pas. Le harceleur a donc du mal à ressentir de l’empathie pour sa victime à cause de la distance créées par les moyens modernes de communication, ce qui peut encourager la banalisation de la violence et libérer certaines formes d’agressivité
  3. Le caractère permanent : Médias publiés et échangés via les canaux numériques laissent des traces même après la fin d’un harcèlement. Les contenus diffusés restant en ligne permettent de prouver plus facilement la situation de harcèlement.
  4. La diffusion massive : Les publications humiliantes diffusées sur les réseaux sociaux sont visibles par un grand nombre d’internautes. Là où le harcèlement scolaire se limite aux remparts de l’école, désormais, la victime humiliée est visible aux yeux de tous. Les internautes pouvant rapidement relayer les informations. Les frontières spatiales dans ce type de harcèlement n’existent plus.
  5. L’impunité : Les plate-formes telles que Facebook, Twitter ou encore Youtube sont très régulièrement pointés du doigts à cause de l’inefficacité de l’outils de modération de contenu.
    Selon Delphine Meillet, avocate spécialiste en cybercriminalité, «la probabilité que la plainte fonctionne est extrêmement rare» et «l’expérience prouve que les services de police ne sont pas formés au cyber-harcèlement».

Voici quelques exemples de cyber-violences :

  • Photos publiées sans autorisation ou modifiées
  • « happy slapping » (acte de violence provoqué, filmé et diffusé)
  • Diffusion d’images à caractère pornographique
  • Usurpation d’identité, violation de l’identité
  • Menaces ou diffamation via l’usage de courriels, de SMS, de réseaux sociaux, de jeux en ligne

La cyber-violence peut se produire dans différents cadres : le cadre scolaire, et le cadre de la vie active.

Dans le cadre scolaire, l’usage d’internet est de plus en plus précoce, et les élèves du primaires sont aussi concernés. À l’école primaire, une enquête de 2015 montre que les élèves français les plus jeunes (8-10 ans) sont plus nombreux que les collégiens à rapporter des cyber-violences répétées (14% en primaire et 5% en collège). Les élèves du primaire ont davantage tendance à rétorquer sur le même mode, ce qui contribue à l’escalade des violences.

Mais la cyber-violence ne se pas produit pas uniquement chez les jeunes, mais aussi chez les adultes dans le cadre de la vie active.
Comme le témoigne Squeezie dans sa vidéo “Ces gens sont dangereux” publiée en Février 2019, des adultes, majeurs et responsables de leurs actes, harcèle une population majoritairement féminine en toute gratuité. Ce groupe de personne, majoritairement masculin, regroupant de jeunes journalistes, communicants ou publicitaires parisiens, s’appelle
La ligue du LOL. Elle a été créé par Vincent Glad. Ils ont été les auteurs d’attaques coordonnées, d’usurpations d’identité, harcèlement et attaques publiques ou en privé.

Mais la cyber-violence n’est pas sans conséquences, comme pour le harcèlement, les conséquences des cyber-violences peuvent être très graves : solitude, tristesse, anxiété, dépression, sentiment de persécution et d’insécurité, baisse de l’estime de soi.
Elles sont en outre démultipliées dans le cadre des cyber-violences : l’agression est disséminée et amplifiée du fait de son caractère numérique.
Les élèves victimes de cyber-violences rencontrent également plus de difficulté à se concentrer et à suivre leurs études.
Ils décrochent plus rapidement car certaines formes d’agressions, telles que le revenge porn, le slut shaming ou d’autres diffusions d’informations intimes ont un effet dévastateur sur l’estime de soi de la victime et son statut au sein du groupe de pairs.
Les cyber-violences et le cyber-harcèlement, comme les violences et le harcèlement, résultent d’une difficulté identique, liée à un manque d’empathie, nécessaire à la vie en groupe.

 

Où en sont les solutions ?

Ils existent cependant des solutions, pour limiter, prévenir le harcèlement.
Elles existent avant le harcèlement, en prévention.

Tout d’abord :

  • La prévention à l’école :
    Le ministère de l’education propose un programme de prévention dans le cadre scolaire :

    Des stratégies collectives :
    Des temps d’échanges, de sensibilisation ou de formation collectives avec des équipes et des acteurs de la communauté éducative sont utiles pour harmoniser les représentations et les manières de prévenir ou de gérer ces cyber-violences.

    L’apprentissages, la pédagogie, la relation éducative :
    Développer un apprentissage à l’école permettant aux élèves de prévenir les cyberviolences et d’y faire face de manière responsable est essentiel comme les apprentisages de la citoyenneté, à la santé, au droit.. notamment celles qui permettent aux élèves de développer une approche ouverte et diversifiée du numérique.

    Apprendre aux enfants à faire face :
    – Apprendre à identifier les abus, à repérer les situations où l’on doit intervenir ou réagir
    – Apprendre à intervenir, s’ils sont témoins, ou à s’affirmer, s’ils sont victimes
    – Apprendre à solliciter une aide facilement, rapidement
    – Apprendre à s’arrêter à temps

    La justice en milieu scolaire :
    L’intégration de la question des cyber-violences au règlement intérieur, et sur l’élaboration de règles, par les élèves, pour protéger la communauté et les individus contre des usages violents du numérique.

    La prévention et gestion des violences et du harcèlement :
    La prévention des violences et du harcèlement passe par une attention collective aux signaux, même faibles, de mal-être chez les élèves.Ces actions de prévention et de gestion des violences peuvent bénéficier du soutien des équipes mobiles de sécurité

    L’environnement partenarial :
    Les partenaires associatifs ou institutionnels (police, gendarmerie, justice) contribuent aux actions de sensibilisation et de formation, aussi bien des élèves que des personnels et des parents, sur les questions liées aux cyber- violences. Les directions des services départementaux ont mis en place des référents harcèlement, qui apportent un soutien aux victimes et aux équipes. Des formations sont proposées sur les cyber-violences par les services académiques et départementaux.

    La coéducation :
    Les cyber-violences, qui concernent l’école ou l’établissement, et qui ont des répercussions importantes sur les élèves, comportent un volet lié aux pratiques numériques des élèves dans le cadre privé. La prévention de ces violences est plus efficace si elle est assurée à la fois dans l’école ou l’établissement et dans la famille

La prévention passent aussi par deux acteurs :

  • Les parents :
    Dans un premier temps les parents ont tendance, à considérer les technologies numériques comme le domaine réservé de leurs enfants car ils aurait plus de compétences. C’est souvent le cas pour la maîtrise du web, en revanche ils ont une non – connaissances des règles de fonctionnement ou des risques encourus.Sur Internet les jeunes oublient souvent les règles de bon sens.
    Les parents doivent en général rester attentifs au comportement de leurs enfants, même contrôler l’activité des enfants sur internet. Au delà de ça il faut prendre des moments pour parler avec l’enfant d’internet et de ces dangers.
  • Par la société :
    De plus en plus la société expose les faits de cyber-harcèlement a travers des affiches.
    Ou même de plus en plus sur youtube ( Youtube est devenu une des plus grosse influences des jeunes) comme nous avons vu juste avant avec le sujet de Squeezie.
    Beaucoup d’autres youtubeurs se mobilisent.

La MAE, une société d’assurance mutuelle spécialisée dans l’assurance scolaire a mis en place un escape game, immergeant les collégiens en situation réelle. Ils doivent enquêter sur le cyber-harcèlement qu’a subit une camarade de classe.
https://www.stoplaviolence.net/game?fbclid=IwAR123i3W_vKdDA4ppG4hG3gR4pD3tdPqK4sxZFYYWo6XITKW1ju5pn3yvpw#acceuil

Il existe également des solutions après que la cyber-violence ce soit produite :

  • En parler autour de soit pour sensibiliser
  • Bloquer le(s) harceleur(s)
  • Conserver des preuves
  • Porter plainte -Loi de 2014
  • Demander la suppression du contenu abusus

 

Qu’en dit vraiment la loi ?
Il n’existe pas encore de loi sur la cyber-violence même, cependant une loi sur le harcèlement inclu un paragraphe sur la cyber-violence :

la loi 2014-873 du 04 août 2014 , article 222-33-2-2 du Code pénal
dit que :
“Le fait de harceler une personne par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de vie se traduisant par une altération de sa santé physique ou mentale est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende lorsque ces faits ont causé une incapacité totale de travail inférieure ou égale à huit jours ou n’ont entraîné aucune incapacité de travail.
Mais aussi :
Lorsqu’ils ont causé une incapacité totale de travail supérieure à huit jours
Lorsqu’ils ont été commis sur un mineur de quinze ans
Lorsqu’ils ont été commis sur une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de leur auteur
Lorsqu’ils ont été commis par l’utilisation d’un service de communication au public en ligne.
Les faits sont punis de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende
Cela peut même atteindre les trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende lorsque plusieurs faits sont reprochés.”
La sentence change aussi en fonction des âges : si le harceleur est mineur il aura une peine maximale de 1 an de prison et 7 500 € d’amende.
Dans tous les cas, ce sont les parents d’enfants mineurs, qui seront responsables et devront indemniser les parents de la victime.
Cela pourrait peut être expliquer la plus forte implications des jeunes.

 

Service-Public.fr, site officiel de l’administration française. Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre), Ministère chargé de la justice “Harcèlement en ligne”, 26/11/2018.
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F32239, consulté le 05/11/2019.

E-Enfance, association qui lutte contre les cyber-violences, “Que dit la loi : le cyberharcèlement.”.
https://www.e-enfance.org/que-dit-la-loi-le-cyberharcelement, consulté le 05/11/2019.

Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, “Guide de prévention des cyber-violences en milieu scolaire”, Novembre 2016.
https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Valeurs_republicaines/96/1/Guide_de_prevention_cyberviolence_663961.pdf, consulté le 05/11/2019.

E-Enfance, association qui lutte contre les cyber-violences, “Cyberharcèlement et cyberviolences”.
https://www.e-enfance.org/cyber-harcelement, consulté le 05/11/2019.

Catherine Lhomme et Canopé Troyes “La cyberviolence, des documents pour l’animateur”, octobre 2015.
http://www.cndp.fr/crdp-reims/fileadmin/documents/cddp_commun/formation/anim_lcsl/co/r_cyberviolence1.html?fbclid=IwAR3jD78eSoKuKUVY1xCMYO1Obpnu1nr3iexLMmhRz9AnaOgKIyhRV4MJzHA, consulté le 05/11/2019.

Wikipédia, encyclopédie libre, “Cyberharcèlement”.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cyberharc%C3%A8lement, consulté le 05/11/2019.

Squeezie, Youtubeur, “Ces gens sont dangeureux”, 28/02/2019.
https://www.youtube.com/watch?v=sEkbibtqbbI, consulté le 05/11/2019.

Partager cet article

Articles liés

32 vues
Onde et santé schéma
Les Ondes et la Santédécembre 10, 2019 par Coralie PICARD
80 vues
La cyber-violence, un nouveau phénomène ?novembre 22, 2019 par Emma ZAFIMAHOVA
86 vues
La cuisine et les nouvelles technologiesnovembre 19, 2019 par Enora JAFFRÉ

Articles Populaires

Laisser un commentaire