L’avenir de l’Homme réside-t-il dans la techno-médecine ?

Métiers InteractivitéVeille
Programmes Interactivité

Depuis quelques années on remarque de grandes innovations dans le domaine de la médecine. On peut citer l’impression d’organe, la télémédecine, l’intelligence artificielle qui détecte des maladies…

On les doit toutes au numérique, qui nous permet d’entrevoir de nouvelles possibilités.Toutefois, cela n’est pas sans conséquence, car ces nouvelles pratiques changent profondément nos habitudes.

Depuis peu, on entend beaucoup parler de la télémédecine. Il s’agit de la médecine à distance. Elle prend deux formes principales. La première étant une consultation classique avec médecin grâce à une visioconférence. De ce fait, il préférable de la faire son médecin traitant. La seconde forme est plus poussée, en effet la consultation se fait avec un assistant et une machine spéciale.

 

Cette machine se compose d’un écran sur lequel on pourra voir le médecin mais aussi d’un micro, d’une caméra et d’autres outils généralement utilisés lors d’une consultation classique. Le médecin est certes à distance toutefois, il peut avoir un réel aperçu de l’état du patient, grâce aux matériels et à l’aide présente pour aiguiller le docteur.

De plus en plus, de machine dédiée à la médecine font leurs apparitions. La plupart pour le domaine chirurgicale. En effet, cette spécialité très méticuleuse et rigoureuse exige une dextérité particulière. Un simple mouvement peut déterminer l’avenir d’un patient. Dans ces cas, la machine dépasse les limites de l’Homme.

Par exemple, le robot médicale Da Vinci qui prend la forme d’un bras. Il est dirigé par un chirurgien lors des opérations. Il est le premier robot du genre et a plusieurs avantages car il permet plus de précision grâce à une filtration des tremblements, une aisance dans la chirurgie avec une invasion minimale du corps et enfin il prévient le chirurgien de douleurs musculaires.

On peut de même citer le NeuroArm, conçu pour la neurochirurgie, il permet de faire des procédures microchirurgicales, de la biopsie… Il s’agit du premier robot pouvant exécuter une chirurgie à l’intérieur d’un appareil d’imagerie par résonnance magnétique.

 

Les robots médicaux sont très utiles car ils permettent de dépasser les limites humaines en offrant une précision optimale. Mais ,ils ne sont pas les seuls dispositifs à aider les chirurgiens, la réalité augmentée fait son entrée dans les bloc opératoires grâce au HoloLens de Microsoft.

Lors de l’opération, le médecin portera le casque comme des lunettes et il lui sera transmit en temps réel des informations invisibles à l’œil nu qui l’aideront à accomplir ses gestes plus précis.

La médecine se numérise et bien l’Homme aussi. Loin de l’image des cyborgs, l’Homme augmenté est déjà parmi nous. L’anthropologue Maxime Derian remonte les premières augmentations de l’Homme à l’Egypte ancienne avec des prothèses d’orteils.

Une personne avec un pacemaker, un dispositif auditif et même des lunettes est un Homme augmenté. Ces transformations du corps humain permettent de vivre plus longtemps et plus confortablement. Cependant, elles ne sont pas vu d’un bon œil de tous.

En effet, ces transformations, sont très discutées car on commencerait avec l’homme augmenté pour finir dans le transhumanisme. Ce sujet pose des questions éthiques importantes.

De nos jours, augmenté le corps humain n’est pratiqué qu’en cas de nécessité. Mais certaines personnes pensent que la technologie est la clé pour prolonger la vie humaine, dépasser les limites physiques dans le but ultime d’échapper à la mort.

On peut dans un premier temps parler du projet de Paul Allen l’un des co-fondateurs de Microsoft, l’Allen Brain Map consiste en la création d’un atlas du cerveau humain. Les recherches ont d’abord été réalisé sur des souris et maintenant elles se sont étendues au cerveau humain. Le but principal de ce projet est de comprendre le génome humain, les neurones… Ces recherches avancées permettent aussi d’en savoir plus sur les conditions neurobiologiques des maladies d’Alzheimer, Parkinson, Autisme…

Dans une autre optique, il y a d’autres projets de grande ampleur qui prennent une tournure plus transhumaniste. En effet dans le cadre du projet Blue Brain fondé en mai 2005 à l’École polytechnique de Lausanne en Suisse. Des chercheurs sont réussis à traduire sous formes de données mathématiques des propriétés biologiques d’une partie du cerveau d’un rat. Ils ont ainsi modélisé 10 000 neurones virtuels connecté entre eux par 30 millions de synapses

Des recherches très complexes sont mené pour comprendre le cerveau mais aussi trouver un moyen de le virtualisé. Le PDG de Google Larry Page a créé une société nommée Calico (California Life Company) qui a pour but de lutter contre le vieillissement pour « tuer la mort ».google.cover.indd(Couverture du Times)

 

Google investi énormément dans les recherches sur les nanotechnologies, biotechnologies, l’intelligence artificielle, sciences cognitives… Le moteur de recherches a pour ambition de résoudre la mort.

Tous ces investissements ouvrent les champs des possibles et donnent de nouvelles opportunités pour un futur avec une plus longue espérance de vie et moins de maladies. Mais cela ne revient-il pas a défier la Nature ou même Dieu ?

Echapper à la moralité, vivre plus longtemps, s’accorder le droit de rester en vie sûrement au détriment d’autres générations, n’est-ce pas en quelques sorte se donner des pouvoirs divins ?

Au-delà des progrès techniques et scientifiques, donner une plus longue vie aux humains posera plusieurs problèmes qui engendreront des répercussions écologiques, économiques et éthico-philosophiques.

On peut d’ores et déjà imaginer un vieillissement des populations (même si l’enveloppe charnel disparait, ou reste jeune), une explosion démographique, des problèmes de ration de nourriture…

Le point de vue bioconservateurs s’oppose radicalement au transhumaniste. Ils sont contre l’amélioration scientifique ou technique des capacités de l’être humain. La technologie serait en train de déshumaniser l’Homme. La dignité de l’Homme est en jeu, avec des intelligences artificielles de plus en plus performante, avec des algorithmes de plus en plus précis et des populations qui se laissent manipulées. Les machines pourraient vite nous surpasser, décider de notre avenir et nous contrôler.

Tous changement n’est pas progrès, comme les éventuels progrès techno-médicaux ne sont pas forcements bénéfiques.

Plusieurs œuvres à caractéristiques dystopiques traient du sujet, notamment les livres tels que Le meilleur des mondes de Huxley, Prison of Souls de Xander Grey. Des films tels que The Cercle (2017) ou bien même The Matrix (1999). Ainsi que certaines série tels que Mr.Robot et Black Mirror.

Enfin, on peut conclure en disant que la technologie et la médecine évoluent en connivence ces dernières années. Les avancées techno-médicales sont sources de problèmes éthiques car à la fois elles permettent d’aider les médecins et patients lors de procédures complexes. Mais ces avancées sont aussi redoutables car elles peuvent rapidement dépasser l’Homme.

Ce paradoxe est à l’origine d’un grand débat entre les points de vue transhumanistes et bioconservateurs qui pose de réelles questions fondamentales sur l’avenir de l’Homme.

Partager cet article

Articles liés

75 vues
La cyber-violence, un nouveau phénomène ?novembre 22, 2019 par Emma ZAFIMAHOVA
80 vues
La cuisine et les nouvelles technologiesnovembre 19, 2019 par Enora JAFFRÉ
46 vues
Clash_US_China_numérique
La guerre technologiqueoctobre 23, 2019 par Paco CAILLAUD

Articles Populaires

Laisser un commentaire