Les voitures autonomes

Métiers InteractivitéVeille
Programmes Interactivité

Depuis des décennies nous trouvons de plus en plus de technologies dans nos véhicules, et plus particulièrement dans le sens de l’autonomie de ces véhicules.

 

         navette-autonome-nantes-city-lab-frederic-thual

En effet, du Uber sans chauffeur à la navette électrique autonome à Nantes, l’heure est à l’expérimentation et la recherche. Nous nous sommes penchés sur les arguments allant dans le sens de ces voitures autonomes.

voiture-autonome-retrospective-2018-620x420

 

Dans un premier temps, nous pouvons remarquer une amélioration significative dans l’esthétique du véhicule. L’habitacle, étant normalement un espace de commandes, se transforme en véritable lieu de vie. Aussi, les progrès technologiques permettent maintenant de camoufler l’imposante caméra et le radar sur le toit des premières voitures autonomes, allégeant les formes du véhicule.

Nous pouvons aussi ajouter que, finalement, cela fait bien longtemps que la technologie à pris sa place dans notre conduite : aide au freinage d’urgence, anti-dépassement de lignes, régulateur de vitesse, etc. …On retrouve donc différents niveaux d’autonomies :

Niveau 0 : Le conducteur du véhicule a un contrôle total et exclusif à tout moment.

Niveau 1 : Certains contrôles du véhicule sont automatisés, à savoir le freinage automatique.

Niveau 2 : Deux ou plusieurs fonctions primaires du véhicule peuvent être automatisées en même temps. On peut, par exemple, automatiser en même temps le régulateur de vitesse et le maintien sur la voie.

Niveau 3 : Le conducteur peut céder le contrôle complet du véhicule sous certaines conditions de circulation et météorologiques.

Niveau 4 : À aucun moment, le conducteur devra intervenir pour reprendre le contrôle du véhicule. Celui-ci est en effet conçu pour assurer pleinement toutes les fonctions principales de conduite.

 

Nous pouvons aussi retrouver dans diverses études auprès des conducteurs que 85% d’entre eux reconnaissent s’énerver au volant, et que 87% disent que, plus calmes, les routes seraient plus sûres et la consommation diminuée.

La plupart des accidents de la route sont causés par une erreur faite par le conducteur qui est sujet à l’endormissement ou aux effets néfastes de l’alcool. Donc, si toutes les voitures devenaient autonomes, il n’y aurait ni de mauvais conducteur, ni d’erreur commise sur la route. Les accidents seront ainsi réduits et la sécurité sur la route améliorée.

De plus, le temps de réaction des conducteurs et leur inattention sur la conduite sont les principales causes des embouteillages. Toutefois, une voiture autonome peut permettre de retirer les contraintes qu’engendrent la conduite. De cette façon, la circulation dans les zones urbaines serait facilement gérée. Ainsi, les déplacements seraient fluidifiés, et les véhicules pourraient même optimiser leurs trajets en fonction de la position des autres véhicules. Pour une optimisation des flux maximale, on pourrait aussi imaginer une toute autre organisation de la voirie urbaine, qui serait plus adaptée à la circulation de véhicules autonomes, et supprimerait tout obstacle ou surprise sur la route. A voir: Minority Report, de S. Spielberg, et ses voitures autonomes sur les routes verticales le long des bâtiments.

Elon Musk a déjà misé sur les voies dédiées aux voitures Tesla, avec son projet de tunnel urbain traversant Los Angeles, transformant une voiture en train sur rails allant à 240 km/h. C’est une façon révolutionnaire de revoir les déplacements en ville.

            de9564ff-1f24-4893-887e-9c77ddcd2ebb                      los-angeles-elon-musk-devoile-un-tunnel-pour-revolutionner-les-transports-urbains-1320444

Pour finir, les voitures autonomes pourraient apporter une réduction considérable de primes d’assurance auto, ce qui pourrait être bénéfique pour les propriétaires de voiture. On constate donc une réduction considérable en terme de coup (carburant, assurance, entretien, … ).

Nous pouvons donc conclure que la voiture autonome peut réellement simplifier le quotidien. Il reste maintenant à faire accepter cette idée et à instaurer une législation de programmation de ces véhicules. Car si la voiture autonome a atteint un “pic d’attente” en 2017, d’après le modèle du “Hype cycle”, elle est maintenant victime du “creux de désillusion”. Peut-être faut-il encore un ou deux ans pour perfectionner sa technologie et adapter ses services, afin d’accomplir les promesses que la voiture autonome peut offrir.

 

Concernant les points négatifs on peut noter :

L’éthique :

Plusieurs pays se sont penché sur le sujet de l’éthique au niveau de la prise de décision du véhicule. Cela va dépendre de la législation mise en vigueur dans le pays où la voiture autonome va circuler. Les informations que la voiture détient sur les piétons ou les passagers éventuel impliqués. La voiture réagira différemment s’il s’agit d’un enfant, une personne âgée ou un assassin.

 

1521477843_light-bulb-modifie

 

Au niveau de la justice : 

La justice ne sait pas désigner en cas d’accident lors d’une conduite d’une voiture autonome, en exemple, en mars 2018, une passante a été percutée par une voiture autonome au cours d’un test effectué par l’entreprise UBER.

Qui désigner de responsable, le conducteur du véhicule qui doit être attentif quoi qu’il arrive ou l’entreprise qui a conçu le véhicule ?

En l’état actuel des choses, hormis Uber, c’est la conductrice de sécurité qui était à bord du véhicule de test lors de l’accident qui risque de croiser les tribunaux. 

Il a été établi qu’elle n’était pas du tout à sa tâche, puisqu’elle regardait une émission de télévision au moment de la collision. L’intéressée n’a pas été en mesure de reprendre la main pour tenter de piler ou une manœuvre d’évitement.

justice-photo

 

Qui doit-on sauver ?

Une étude réalisée par des chercheurs du CNRS, du Massachusetts Institute (MIT) et des universités d’Harvard et de Colombie Britannique pour savoir qui sauver en cas d’accident. Par exemple d’après les résultats, les personnes préfèrent sauver les humains plutôt que les animaux, sauver le plus grand nombre de vies et aussi sauver les enfants.

Cette étude montrent aussi des préférences étonnantes et discutables des personnes à sauver comme les personnes en surpoids ont environ 20% de probabilité de plus de se faire tuer que des personnes athlétiques, les personnes pauvres ont 40% de probabilité de plus de mourir que les personnes riches et aussi pour être épargné mieux vaut être socialement inséré que sans-abri.

 

qui_sommes_nous_952x375

 

Les limites de la voiture autonome :

Comme les voitures autonomes en sont à leurs début, il y a encore quelque default à noter comme par exemple, pour l’instant les voitures autonomes ne sont pas capables de voir les péages, elle ne voient pas les zones de travaux elles ne reconnaissent pas bien les panneaux de signalisations, elles autorisent à doubler par la droite, les modes “autopilote” ne fonctionnent pas sur des routes sans marquage des lignes, elles ne maîtrisent pas toutes les situations d’insertion plus ou moins rapides, il n’y a pas d’arrêt aux stops, aux “cédez le passage”, aux feux tricolores, elles ne respectent pas non plus la priorité à droite elles ne voient pas les ronds-points, les terre-pleins et autres équipement de délimitation et pour finir elles n’arrive pas à contrôler les environnements neigeux.

i-grande-22978-panneau-limitation-de-vitesse-80-b14-net

 

Pour conclure :

Pour que les voitures autonomes puissent offrir une sécurité optimale, il faudrait que tout le monde achète une voiture autonome, ce qui permettrait au voiture de pouvoir se connecter entre elle et réduire les accidents à grande échelle.

Cependant cela n’est pas possible car il n’y a que les personnes qui ont un capital d’argent assez élevé  qui ont la possibilité d’acheter ce genre de voiture.

Les premiers prix que nous pouvons retrouver tourne au alentours de 75 000 €.

5ad493cb45b61

 

Partager cet article

Articles liés

23 vues
Art numérique: comment en est-on arrivé là ?octobre 19, 2019 par Guillaume CHUQUET
203 vues
une
L’avenir de l’Homme réside-t-il dans la techn...juin 24, 2019 par Meriem GHARBI
201 vues
l-ere-de-la-connexion-permanente-a-vos-ordres-j-ecoute-okm373142
L’intimité et la connexion permanentejuin 12, 2019 par Paul POIRIER

Articles Populaires

Laisser un commentaire