L’évolution de nos moyens de communiquer

Métiers Interactivité
Programmes
Image à la une : Burnt Toast Creative

 

Quelle est la dernière fois où vous avez envoyé une lettre manuscrite ? Votre réponse témoignera sans doute de l’évolution de notre manière de communiquer.  Alors qu’auparavant nous ne pouvions communiquer qu’avec des personnes proches ou attendre des jours la réponse de celles qui sont plus éloignées, nous avons aujourd’hui la possibilité de communiquer avec des inconnus, ou même à des personnes à des millions de kilomètres, et ce de manière instantanée. Après l’évolution croissante des télécommunications, nous tendons désormais à communiquer de plus en plus à l’écrit, pour délaisser le téléphone. Mais quelles en sont les conséquences ?

 

 

Interprétations multiples

Le soucis lorsque l’on communique à l’écrit, c’est que les manières d’interprétation se multiplient, et cela en fonction de notre âge, de notre culture et de notre histoire. Cette notion d’interprétation est souvent une question de génération : lorsque nos parents répondent par un simple “ok”, c’est qu’ils ont envie de répondre rapidement car les claviers tactiles, ce n’est pas trop leur tasse de thé. Mais si c’est notre meilleur(e) ami(e), le message prendra tout de suite un ton plus froid.

 

 

Quels impacts sur notre santé

Source de l’image : Philippe Berry

 

Ce graphique nous indique l’influence de Youtube et d’Instagram sur notre santé. On remarque qu’Instagram peut développer des vagues d’intimidation, de dépression et d’anxiété, en intervenant directement sur l’image que l’on donne de soi. En parallèle, Youtube, malgré le fait qu’il peut être à l’origine de troubles du sommeil, développe des notions bénéfiques comme la solidarité, l’ouverture et l’accès à l’information et à la culture, résultant des vidéos comme des tutoriels ou des démonstrations permettant au plus grand nombre de réussir un projet, ou bien de simplement donner envie de se lancer.

Instagram colporte ces émotions négatives notamment à cause de l’omniprésence du like. En effet, nombreuses sont les personnes qui postent du contenu pour obtenir le plus de like possible, comme une récompense à laquelle nous devenons dépendants, allant jusqu’à consulter plusieurs fois nos notifications à la recherche de cette émotion positive.

Il s’agit là  de quelque chose de dangereux car cela repose sur le fait de donner son avis, ce qui peut être positif ou complètement destructeur. En effet, lorsque l’on promeut un produit ou qu’on se met en avant en tant que personne, les avis des autres ont le pouvoir d’influencer sur le développement de produits ou services ainsi que la perception de ceux-ci par le public. D’après une étude réalisée par TrustPilot, 1 consommateur sur 4 lit les avis avant de commencer à regarder les produits. Avec l’essor de plateformes comme BlablaCar ou Amazon, nous sommes amenés à laisser un avis ou voir les avis existants avant de faire appel à un service pour nous sentir davantage en confiance. Cependant, les limites de cette pratique sont que finalement nous avançons vers un monde où tout et tout le monde se note et se fait noter, si bien qu’on peut d’ores-et-déjà voir arriver des situations où des personnes sont notées selon leurs comportements comme c’est le cas en Chine[1] où des citoyens ayant obtenus de mauvaises notations par rapport à leurs actions sont bannies de certaines compagnies aériennes.

[1] Independent, “China blacklists millions of people from booking flights as ‘social credit’ system introduced” par Harry Cockburn le 22 novembre 2018 – Lien

 

 

Réseaux sociaux

Crédules, beaucoup de jeunes ne se rendent pas compte du contenu qu’ils postent, et par conséquent, des risques auxquels ils s’exposent sur les réseaux sociaux. Il n’est en effet pas toujours simple de se rendre compte de la visibilité que peuvent avoir nos actions sur ces plateformes car l’information va très vite, et se propage à une échelle internationale ce qui est parfois difficile à comprendre pour certaines personnes par le fait que ce n’est pas quelque chose de tangible.

Pour autant, avec l’avènement d’internet, et la démocratisation des smartphones, les modes de communication ont amenés un véritable bouleversement dans nos manières de communiquer. Nous avons aujourd’hui la possibilité de communiquer avec des personnes inconnues ou avec des personnes à des millions de kilomètres de nous. Grâce à ce nouveau mode de communication, les échanges entre utilisateurs se sont simplifiés. Les informations arrivent en instantané et l’écrit n’est plus la seule manière de communiquer sur les réseaux. En effet, aujourd’hui nous avons la possibilité de nous exprimer sur internet via des smileys, des likes et des réactions misent en place par les réseaux sociaux tels qu’Instagram ou Facebook.

 

 

Conversations instantanées

La vidéo devient un moyen privilégié de communication car elle permet des conversations en instantanées. Nous pouvons constater cela sur les réseaux sociaux avec des plateformes comme Vine ou Périscope qui partagent des vidéos, notamment par les stories. Nous pouvons ainsi raconter notre vie en se mettant en scène comme sur Musically. D’autres applications telles que Skype, Messenger et Facetime sont apparues afin de faciliter les échanges et rendre la communication plus humaine que par simple messages textuels.

Parallèlement, en plus de pouvoir échanger avec des personnes réelles sur des applications comme Messenger, nous pouvons de nos jours interagir avec des personnes non-réelles. Avec l’essor des plateformes de vente en ligne, les chatbots sont des moyens de communication privilégiés par le fait qu’ils sont inhumains mais peuvent réaliser des tâches pénibles pour des êtres humains. Par exemple, lorsque l’on se rend sur le site de la marque The North Face, un bot nous accompagne dans le processus d’achat, ce qui est intéressant car si nous avons une question régulièrement posée, le chatbot sera à même de pouvoir nous répondre et ne pas déranger un conseiller qui a d’autres tâches à accomplir. Nous avons aussi des bots informatifs comme JAM sur Messenger qui nous parle de faits d’actualités chaque matin, utilisant ainsi les réseaux sociaux pour s’adresser à un public jeune pour instruire tout en se fondant dans les codes de ces usagers, notamment en adaptant un langage similaire. Ce qui est intéressant dans cette technologie c’est qu’elle est vouée à évoluer et à être encore plus importante et utile en effectuant une progression dans l’intelligence du bot grâce au machine learning.

 

 

Lieux de convivialité menacés

Dans les lieux où discussion et convivialité sont les mots maîtres, tels les bars et les restaurants, discuter avec quelqu’un d’autre que la personne qui est physiquement présent en face de nous, est un comportement que l’on voit de plus en plus. C’est dans le bar Salve Jorge, au Brésil, que le gérant a décidé d’agir, désespéré de voir de plus en plus de monde passer leur soirée sur leur portable dans son bar. Il fait donc appel à un artiste pour tailler tous ses verres de bières de manière à ce qu’il est besoin de poser son smartphone tel un dessous de verre pour que celui-ci tienne debout. Une méthode radicale mais qui retisse les liens.

 

The offline glass, une solution ludique pour se décoller de son smartphone en soirée

 

 

Patience, patience

Mais pourquoi faisons-nous cela ? Pourquoi réfugions nous notre regard sur notre écran lorsqu’on se sent seul ? Nous avons de plus en plus peur de ces moments de vide. Peur des instants où personne ne parle sauf le silence. Nous vivons dans un monde de plus en plus connecté où l’infobésité en devient la norme. Nous nous sentons donc obligés de répondre à la minute, d’être au courant rapidement, ou de prendre connaissance des informations qui nous viennent au plus vite. De plus, les réseaux sociaux que nous utilisons jouent avec nous par certains mécanisme : Messenger, par exemple, nous fait savoir quand la personne à qui nous écrivons a vu notre message.

C’est justement sur cette notion de temps que l’application Slowly intervient. Via ce service, on peut envoyer des messages au monde. Ceux ci prendront alors autant de temps pour arriver au destinataire que si la lettre passaient par voie postale. Le but ici est de prendre son temps pour écrire un message qui en vaut le coup, car la personne à qui l’on s’adresse attend peut-être notre réponse depuis plusieurs semaines.

Slowly, application de rencontre, pour des échanges qui valent le coup d’attendre.

 

 

Ubérisation des services

Comme dit précédemment en introduction, notre manière de communiquer a rapidement évoluée vers une communication textuelle, écrite. Tout comme les services qui se sont rapidement ubérisés, et ceux dans tous les secteurs de l’économie. Les informations sont de plus en plus mises en transparence : Uber nous indiquent quand arrivera du chauffeur, Deliveroo nous donne la position en temps réel du livreur ou encore, nous pouvons réserver un appartement avec Airbnb. Tout est désormais disponible en quelques clics, nous n’avons plus besoin de nous déplacer pour obtenir une informations ou effectuer une réservation.

Mais la question à se poser est “cela nous rend-t-il service à long terme ?”. Est-ce une bonne chose de s’octroyer de la communication vocale ?

Malgré tout, l’évolution se fait très rapidement. Installés depuis quelques années en Asie, les messages vocaux arrivent de plus en plus en europe et les jeunes (la génération snapchat -14-17 ans) commencent à s’approprier ce mode de communication. La communication vocale devient de plus en plus privilégiée par rapport à l’écriture, car parler est un gain de temps.  Les messages vocaux sont également utiles pour humaniser les conversations, mais ils sont également bénéfique pour les personnes mal-voyantes.

 

 

Les assistants vocaux

On peut communiquer vocalement avec des personnes mais aussi avec des personnages intangibles : vous connaissez surement Siri ou encore Alexa, ces assistants vocaux sont des moyens de communiquer qui prennent de plus en plus de place dans nos sociétés. Ces appareil intelligents ont beaucoup de facultés notamment la gestion de tâches domotiques. Ils ont vocation à améliorer la vie en facilitant les communication. Par exemple on peut demander à notre assistant d’allumer la musique, d’appeler un proche, la météo lorsque l’on se lève le matin ou encore les infos trafic. Les limites de cela est qu’il ne faudrait pas que l’assistant prenne le pas sur l’humain pour éviter les dérives comme nous pouvons le voir dans certaines oeuvres cinématographiques de ce début de siècle où la machine prend l’ascendant sur l’homme et le met dans des positions dangereuses pour son intégrité physique et morale.

 

Photographie : Nicolas Six / Le Monde

 

Communiquer avec des objets ?

Les assistants vocaux nous donnent des informations quand on le leur demande, nous permettant de modifier notre perception de la communication. Mais pour aller encore plus loin nous avons constaté un avènement d’objets connectés qui prennent des initiatives, notamment un réfrigérateur connecté de chez Philips qui commande automatiquement un aliment quand celui-ci est terminé. Nous avons aussi pu voir des cas de cafetière qui commence à faire du café quand les invités arrivent pour qu’il soit chaud, s’appuyant sur des évènement que nous avons entré dans notre calendrier sur votre téléphone. Et c’est peut-être ça au final la communication de demain : avoir des appareils qui comprennent nos besoins sans qu’on ai à leur dire. Que ces appareils fassent des tâches sans qu’on ait à les faire. Cela brusquerait notre vision de l’IA car elle  prendrait des initiatives dignes de l’être humain, poussant la désapprobation des consommateurs en s’appuyant sur ce que nous pouvons voir dans le domaine de « La vallée dérangeante », mais vous imagineriez, vous, un monde où la communication reposerait justement sur le fait de ne pas communiquer ?

 

 

 

Partager cet article

Articles liés

53 vues
https://www.instagram.com/p/BpwHBsvhdiY/
L’évolution de nos moyens de communiquermai 9, 2019 par Morgane THOMAS
62 vues
nantes-digital7
Événements du digital Nantes par Léa GENAIS
89 vues
08493032-photo-minority-report
Design prédictif et interfaces naturelles.mai 3, 2019 par Martin LAMIRE

Articles Populaires

Laisser un commentaire