Métiers Interactivité
Programmes

De nos jours l’intelligence artificielle (I.A.) et le Big Data prennent une place de plus en plus importante dans notre société et sont en perpétuelle évolution. L’I.A. permet aux machines d’imiter une forme d’intelligence. Elle se retrouve implémentée dans un nombre grandissant de domaines d’application. De Google à Microsoft en passant par Apple, IBM ou Facebook, toutes les grandes entreprises dans le monde de l’informatique travail aujourd’hui sur ces problématiques et font de grands progrès. Le Big Data désigne un ensemble très volumineux de données qu’aucun outil classique de gestion de base de données ou de gestion de l’information ne peut travailler efficacement. Ces données peuvent regrouper beaucoup de types d’informations différentes : Vidéos, messages, photos, texte, articles, … Elles sont donc baptisées Big Data ou volumes massifs de données.

L’intelligence artificielle a entraîné et entraînera de nombreux changements dans notre société. En effet, pour certains, la vie sans ces nouvelles technologies serait impossible. Les jeunes générations grandissent et évoluent dans le contexte de ces nouvelles technologies. L’I.A. a apporté de nombreux avantages mais aussi des inconvénients.

Grâce aux algorithmes du machine learning et au deep learning, nous sommes capables d’apprendre d’avantage des données concernant le Big Data. Le principe est simple, plus il y a de données, plus la machine apprend, la course à la donnée ne risque donc pas de cesser.

 

Les apports de l’I.A. dans la médecine

Accès à la donnée

Tout d’abord, le big data nous permet aujourd’hui de trouver l’information plus rapidement. Grâce à des bases de données et à des requêtes, les médecins (et le patients) peuvent s’informer rapidement. Ces données permettent également de tirer des conclusions de la vie de nos ancêtres de manière à influencer la nôtre. Lors d’une épidémie, les experts sont donc capable d’estimer les population infectées et leur zone géographique. Ceci a un impact direct sur la vie des patients en permettant une réaction plus rapide des médecins. Grâce notaments au dossiers médicaux numérisés et au Natural Language Processing (des intelligences artificielles capable d’analyser le langage humain), nous pourrons trouver des corrélations entre patients et proposer des solutions plus fiables.

 

Détection des maladies

L’intelligence artificielle se montre extrêmement utile dans le domaine médical. En effet les robots chirurgiens sont de plus en plus nombreux dans les blocs opératoires, et leurs précisions est bien supérieur à celle de l’homme. D’après les statistiques, les machines sont jusqu’à 20% plus fiable lorsqu’il s’agit de faire un pronostic. De plus, les robots sont souvent capables de déceler des maladies, pathologies pratiquement indétectables, des tumeurs quasi-invisibles pour les médecins. Certains programmes comme ceux de Kris Hauser et Casey Bennett permettent aux robots de créer un diagnostic selon les symptômes du patient; ce dernier possède à chaque fois un taux de fiabilité très important. Les IA sont également capables de s’adapter aux changements de situations et à l’ajout de symptômes, elles peuvent alors appliquer les traitements les plus pertinents alors que les médecins peinent parfois à trouver le bon. Certains robots sont maintenant capables de faire des suppositions lorsque les données manquent. L’intelligence artificielle apporte une aide non-négligeable au milieu médical et permet un gain de temps et d’argent pour les médecins comme pour les patients.

Il est notable qu’à l’issue de concours opposant des médecins spécialisés et des I.A sur la détection de mélanome; les I.A. avaient de meilleurs résultats. Mais, en couplant les deux, des résultats encores meilleurs étaient trouvés. Nous pouvons donc imaginer une collaboration entre I.A. et spécialistes.

 

Validation de traitements

Dans le futur, les I.A. pourront êtres utilisées dans la validation de médicaments. Beaucoup de médicaments ne passe pas l’étape de la validation de la molécule car (bien qu’ils soient très efficaces) ils sont efficaces pour trop peu de patients. En sélectionnant une cible précise grâce à la big data, les laboratoires pourront valider leurs médicaments. Dans le futur, nous aurons sûrement beaucoup de médicaments adaptés à une petite partie de la population, proposant de meilleurs résultats.

 

 

Création de traitements

Dans un futur plus lointain, nous pouvons imaginer que des I.A. créent des molécules pour contrer un pathogène. Aujourd’hui, des I.A. ont appris à reconnaître des photographies d’animaux puis à générer des images totalement nouvelles de ces animaux. De la même manière, des A.I. pourront surement, à partir des compositions chimiques de médicaments actuelles et de pathogènes, générer des molécules pouvant contrer leurs effets.  

 

 

Un suivis du patient plus approfondi et personnalisé

Un rendez-vous chez le médecin dure en moyenne 16 min, pendant ces 16 min le médecin doit reprendre le dossier de son patient, l’écouter, et diagnostiquer sa maladie pour établir un traitement. Certes, dans la majorité des cas les maladies des patients sont  bénignes. Mais les cas plus complexes existent bel et bien et l’analyse complète du dossier médical est importante pour proposer un traitement adéquat. Dans cette situation, l’intelligence artificiel est bien plus performante que nous pour analyser les centaines voire les milliers de fichiers médicaux du patient. C’est pour cela qu’elles vont progressivement devenir indispensable pour les médecins afin de gagner en performance. Elles auront pour rôle de trier les informations, trouver un traitement adéquat tandis que le médecin pourra se concentrer sur l’aspect humain : écouter et prendre soin du patient .

 

Les questions à se poser / limites

 

Le futur de la médecine

Nous avons précédemment vu que l’I.A. et le big data sont des outils puissants qui ont drastiquement amélioré notre efficacité dans l’accomplissement des tâches complexes auxquelles nous faisons face aujourd’hui. Théoriquement, l’efficacité des machines continuera de s’accroître au fils des années pendant que nous récoltons des données exploitables. Beaucoup de domaines seront concernés par cette future révolution, le milieu de la médecine n’y échappera pas et sera sans doute l’un des domaines les plus concernés. Nous avons précédemment vu l’efficacité et l’aide que les I.A. et la big data procurent dans la détection des pathologies mais aussi pour la personnalisation du suivis des patients. Mais, projetons-nous quelques années dans le futur en prenant en compte l’avancée presque exponentielle de ces technologies, à quoi ressemblera le milieu de la médecine ?

 

En effet, l’efficacité grandissante (aussi bien physique que analytique) des machines posent un réel problème pour les médecins : Auront-nous besoin d’eux pour dans un monde où des machines proposeront des pronostics plus pertinent qu’ils le font aujourd’hui ? D’ores et déjà, les I.A. sont plus performantes que les humains sur beaucoup de points et le domaine très technique que la médecine se prête bien à leur utilisation. Pour l’instant, les mentalités tendent à dire que nous aurons besoin de médecins dans le futur.

Indéniablement, nous aurons besoin de moins de médecins pour obtenir un taux de réussite égale, voire supérieur dans la guérison des patients. Et cela aura un impact direct sur l’économie médicale. Le métier de médecin nécessitant aujourd’hui plusieurs longues années d’études ne sera sans doute pas le même demain. Il faut se demander pourquoi avoir besoin de chirurgiens potentiellement faillible alors que plusieurs bras articulés accompagnés d’une I.A. pourra faire de même tout en ayant des chances de réussites plus élevées.

Même si cela peut nous paraître quelque peu lointain et répulsif, il faut se poser la bonne question : « Pourquoi payer plus pour les services d’un chirurgien alors qu’une I.A. pourra faire la même opération, moins cher avec un taux de réussite plus élevé ? » De plus, nous pouvons relever un point positif supplémentaire : la démocratisation de la médecine. En effet l’accès au soins serait bien moins coûteux car la plupart des activités médicales pourront être remplacées par des machines, il y aura donc moins personnel à payer et les soins deviendront de plus en plus automatisés. De plus, il est presque évident que des entreprises médicales privées verront le jour en profitant de ces avancés techniques. Il faut esperer que certaines d’entre elles proposeront des soins à moindre coup pour le plus grands nombre.

Cependant, le métier de médecin n’est pas voué à disparaître, il faudra un bon moment avant que l’homme ait une confiance aveugle en la machine. Le rôle du médecin sera juste plus proche aux infirmiers qu’aujourd’hui car la plupart de ses tâches pourront être reléguées à une I.A. plus performante que lui.

 

Qu’est-ce qui bloque l’implémentation de ces techniques

Mais qu’est ce qui retarde donc ces potentielles avancées technologique ?  Dans un premier temps, l’I.A. a besoin de beaucoup de données pour être fonctionnelle et cela pose un problème : l’exploitation des données personnelles, les patients devront accepter que leur données soient utilisées pour améliorer les intelligences artificielles. Mais avec les récentes dérives liés à la fuite de données personnels, les populations sont de plus en plus méfiantes et souhaitent garder leur données pour eux. La deuxième raison possible, est une réticence des médecins qui ont aujourd’hui un métier prestigieu à ce qu’on les remplacent.

 

Malgré ces réticences, il est très probable que les médecins du futur seront bien différents de ceux que nous connaissons aujourd’hui.

Article rédigé par Armand Lemaitre, Noé Martineau, Enzo Wattebled et François [Sio] Arnaud, étudiants du bachelor design d’interactivité 3e année dans le cadre du module Revue de veille – groupe I3A/B animé par Florent MICHEL.
Sujet lié aux problématiques du CARE Design Lab, avec la participation de Simon BOUSSARD.

Pour plus d’information sur la formation :
Facebook : https://www.facebook.com/interdsgn

Partager cet article

Articles liés

595 vues
Débat sur la collecte de données par les objets connectés
LES OBJETS CONNECTÉS ET LA COLLECTE DE DONNÉESmai 6, 2020 par Jade GAGNEPAIN
349 vues
revue de veille réaliser par Kenza Loussouarn et Morgane Loas
Assistant robotique et handicap moteurfévrier 24, 2020 par Morgane LOAS
459 vues
Le Cybertruck de tesla
Le Rapport entre Sci-Fi et Réalité.janvier 27, 2020 par Larsen LESTARD

Articles Populaires

Laisser un commentaire