La robotique dans la sphère privée, un enjeu social ?

Métiers
Programmes

De nos jours, la robotique est présente dans tous les secteurs d’activités, premièrement destinée à l’industrie, les robots entrent aujourd’hui dans l’habitat et interviennent au sein du domicile, dans la vie de tous les jours.

 

Des robots de plus en plus variés

En effet pendant ces dernières années, une multitude de robots et objets connectés adaptés à la vie quotidienne ont vu le jour. On peut notamment parler des aspirateurs et tondeuses automatiques qui ont pour but d’alléger les tâches récurrentes et ingrates de l’utilisateur. Des objets plus sophistiqués comme les chaudières ou les compteurs électriques connectés permettent de gérer sa maison à distance. Du chauffage à l’arrosage automatique en passant par le ménage le propriétaire se sent rassuré que sa maison puisse être entretenue pendant son absence. Il ne faut pas négliger l’aspect agréable de ces objets: après une dure journée de travail, la maison est parfaitement chauffée, le ménage est fait, le jardin est arrosé et la pelouse tondue. Ces aspects très simples et pourtant très pratiques expliquent en partie le fort développement de la domotique connectée et le succès qu’elle peut avoir.

nest

Ces nombreux systèmes utilisent des capteurs de température, mouvement pour adapter au mieux les besoins énergétiques du logement (exemple: NEST). Ainsi les pièces de la maison ne sont pas chauffées inutilement lorsque les propriétaires sont partis. Ces objets ne sont pas simplement là pour faciliter la vie de l’utilisateur, ils l’aident d’un point de vue économique et écologique. Dans la même lignée, on peut citer les pommeaux de douches reliés au smartphone qui permettent à l’utilisateur de visualiser et donc d’économiser ses dépenses en eau de façon ludique.

Via tous ces dispositifs, on note une tendance émergente de l’internet des objets. Les robots domotiques sont connectés entre eux et interagissent ensemble de façon intelligente. Les données collectées par l’un peuvent être utilisées par l’autre, ainsi ils tendent à devenir de plus en plus autonome. Avec le développement des nouvelles technologies; ces robots sont toujours plus complets et tendent à se développer comme de véritables compagnons de la vie et non comme de simples outils. Ils perdent petit à petit leur apparence d’objet du quotidien pour apprêter une forme plus singulière et plus chaleureuse. La simple Machine devient alors un compagnon du quotidien qui plus que d’accomplir des tâches domestiques peut devenir partenaire de jeu ou source de loisirs.

 

 

Humanisation du robot

En 1999 déjà sortait Aibo, le petit chien robot développé par Sony. Simple compagnon de jeu, on observait déjà la volonté d’humaniser les robots destinés à partager notre quotidien. Aujourd’hui, les compagnons de jeu robotiques permettant des “interactions humanisées”  sont nombreux, prenons l’exemple de Cozmo Petit robot sur chenilles, son corps ressemble plus à un véhicule qu’à un être vivant, cependant, celui-ci est bardé d’un écran chargé de retranscrire des “émotions”, il peut lui arriver de s’énerver, ou d’exprimer sa joie, ceci le rend donc très “humain” et provoque l’attachement. robot

De nombreuses sociétés ont ainsi fait le choix de donner une forme humanoïde aux robots destinés à interagir avec le grand public (Pepper, Nao, QRIO …) . Ce parti pris serait justifié notamment auprès de personnes peu initiées à la technologie, telles que les personnes âgées, la forme humanoïde ou animale d’un robot permettrait de faciliter le contact et les interactions, celles-ci seraient plus naturelles et “chaleureuses”.

Les robots prodiguent une aide physique ou intellectuelle, mais peuvent également servir à pallier à un manque affectif, par exemple dans les maisons de retraite ou auprès des personnes isolées.

vieux

 

Trop humanisés ?

A trop vouloir humaniser les robots, on en fait parfois des monstres. De plus en plus de robots prennent forme humains et imitent à la perfection les gestes réalisés par des êtres de chair et d’os. Cependant qui ne ressent pas de frisson devant les robots de Boston Dynamics se déplacer tel un chien ou en voyant le robot humanoïde Sophia esquisser un sourire ?

Ce phénomène appelé “vallée dérangeante” présenté pour la première fois en 1970 énonce que plus l’apparence et le mouvement d’un robot sont similaires à un être vivant, plus ses imperfections nous paraissent monstrueuses. C’est en grande partie pour cela que les robots humanoïdes grands publics d’aujourd’hui restent dans une imitation grossière et caricaturale des êtres vivants, celles-ci permettraient de provoquer l’attachement et de faciliter les interactions sans provoquer la gêne. Il resterait alors encore une étape de réalisme à franchir avant de réussir à copier la nature sans provoquer le Mal-Être. Dans l’attente d’atteindre cet objectif, les concepteurs doivent faire la part des choses entre la volonté de réalisme et d’attachement et cette vallée dérangeante pouvant provoquer un blocage chez l’utilisateur.

La robotique dans sa fonction première avait pour but d’aider l’être humain en réalisant des tâches à sa place, d’abord dans l’industrie avant de s’inviter dans la sphère privée. Aujourd’hui, rapprocher le robot de l’être vivant dans ses interactions est un enjeu social permettant de faciliter l’interaction, mais également de rendre sa présence plus humaine et donc de palier à des besoins affectifs. Le robot a transcendé sa place de simple machine, de simple outil pour devenir un partenaire social.

 

Images:

Thermostat NEST, créé par NEST et racheté par google: http://blog.elyotherm.fr/2014/09/thermostat-ambiance-connecte-intelligent.html

Cozmo robot créé par la société ANKI: https://www.smythstoys.com/uk/en-gb/anki-cozmo

Personnes âgées et le robot NAO: http://www.issy.com/en/node/11560

 

 

 

Liens:

Domotique connectée:

http://webdesobjets.fr/category/maison-connectee-et-domotique/

La maison connectée: avantages et limites de la domotique

Robotique:

https:/www.objetconnecte.net/robot-domestique-quoi-faire/

https://www.rtbf.be/info/regions/detail_tertre-zora-le-robot-au-service-des-personnes-agees?id=9501132

http://www.lgnewsroom.com/2017/08/lg-smart-ecosystem-now-compatible-with-both-amazon-alexa-and-google-assistant-platforms/

http://qrobotadomicile.com/compagnon-assistant-keecker

 

Article rédigé le 25/10/17 par Enzo WATTEBLED et Guillaume Le Méné, étudiant en design d’interactivité en 2e année à l’Ecole de design Nantes Atlantique.

 

Partager cet article

Articles liés

142 vues
capture-decran-2018-06-28-a-15-51-47
La sensibilisation autour de la notion de laïcit...juin 28, 2018 par Enora BULTING
168 vues
jeunes_et_sexualite_big
La Prévention Sexuelle chez les plus jeunesjuin 25, 2018 par Audrey BROUSSE
135 vues
jeunes-politique
La Transmission d’informations liées à la poli... par Fanny MAILLARD

Articles Populaires

Laisser un commentaire