Le retour et succès des jeux vidéos « Low poly ».

Métiers GameVeille
Programmes game

Une nouvelle tendance graphique a, durant ces dernières années, fait son retour dans le monde du jeu vidéo : le « Low poly ». Ce style, particulièrement prisé par les studios de jeux vidéos indépendants s’impose de plus en plus dans la conception de jeux en trois dimensions.


Le low poly, qu’est ce que c’est ?

Pour commencer, il faut savoir que la conception d’un objet virtuel en 3D se fait dans un logiciel de modélisation, par exemple 3DS Max ou encore Blender. La conception d’un asset à partir de formes simples au faible nombre de polygones, comme un cube, qui vont être travaillées afin d’obtenir la forme désirée qui vient alors peupler le jeu. La modélisation en low poly consiste à faire cela tout en gardant le nombre de polygones relativement réduit. Cette méthode s’oppose au « High poly », plus souvent utilisée par les studios de jeu vidéo triple A, dont les productions sont majoritairement riches en détails et réalistes. Mais le terme low poly s’est étendu, et fait maintenant référence à une esthétique particulière, composée d’aplats de couleurs ou alors de textures peu détaillés.

Au début des jeux vidéos en trois dimensions, la majorité d’entre eux, tels que « Super Mario 64 » étaient réalisés de cette façon car la technologie n’était à ce moment pas suffisamment développée pour supporter des assets complexes et des textures en haute définition. Aujourd’hui nous disposons de technologies permettant de créer des jeux à la limite du photo réalisme. Cependant, on remarque la présence de nombreux jeux qui s’abstiennent de les utiliser, optant pour cette approche plus minimaliste.

maxresdefault


Alors le low poly, pourquoi ça plait tellement ?

Tout d’abord parce que ça a un impact visuel fort, les détails sont réduits et on peut alors aller à l’essentiel. Combiné à une interface minimaliste, cela permet d’avoir une expérience de jeu plus intelligible que dans certains autres titres. Autre avantage, limiter le nombre de détails donne plus d’importance à la lumière et aux shaders dans le jeu, car ceux ci jouent un rôle plus important dans l’ambiance visuelle. Si les assets et les textures ne sont pas réalistes, on peut alors se permettre d’augmenter les contrastes, et d’apporter des couleurs surnaturelles à l’environement.  Le résultat ? C’est une richesse esthétique qu’on ne retrouve pas dans les jeux aux graphismes réalistes, cela permet aux artistes de composer des mondes et paysages sublimes. Exemples : « Firewatch » , « The Witness » , « Rime » .

sans-titre-2Le low poly, c’est aussi un gain considérable dans l’un des critères les plus importants dans le jeu vidéo, les performances. En effet le nombre réduit de polygones diminue l’effort et le temps nécessaire pour charger les éléments 3D. Cela permet donc de faire fonctionner ces jeux sur des plateformes moins puissantes, tels que les tablettes tactiles ou smartphones, sur lesquels sont disponibles des jeux élaborés comme « Monument Valley« , « Crossy Road » ou encore « AbyssRium » pour n’en citer que quelques uns. Faire des graphismes en low poly permet également d’intégrer plus facilement des formes géométriques simples, ce qui est plus compliqué dans les jeux aux graphismes réalistes car cela peut créer une rupture dans la cohérence visuelle de l’univers.

Il reste un énorme avantage au style low poly qui en fait l’un des plus répandus aujourd’hui sur la scène des jeux vidéos. Celui-ci ne concerne pas les utilisateurs mais les studios de développement, car le low poly est une façon simple et rapide de concevoir des assets tout en permettant un résultat de bonne qualité. Cela en fait un procédé idéal pour les studios de développement, qui ne disposent pas des ressources dont disposent un studio comme EA, Beteshda, Ubisoft, etc.

Conclusion :

Le low poly, une approche qui se veut simple et minimaliste dans la conception artistique et visuelle des jeux vidéos, utilisé dans les débuts de la 3D en temps réel, connait aujourd’hui un succès considérable parmi une grande partie de joueurs et de développeurs. Les qualités graphiques, les possibilités offertes par cette méthode, ainsi que son rapport entre ressources nécessaires et résultats avantageux en font une alternative non négligeable dans le monde du jeu vidéo. De plus, avec son style intemporel et épuré, le low poly est destiné à garder son attrait pour longtemps.


Jeux cités dans cet article, ainsi que des exemples supplémentaires :

Chaîne Youtube de PigArt :

 

Partager cet article

Articles liés

446 vues
proteus-coming-to-ps3-vita1
Génération procédurale : Dessine-moi des pixels...janvier 11, 2018 par Théo-Paul DESSONET
258 vues
couverture-jpg
Le retour et succès des jeux vidéos « ... par Pierre FONTAINE
176 vues
L’ E-sport et son développement. par Bastien TRICHEREAU

Articles Populaires

Laisser un commentaire