Trois coqs au pays de la rose

Métiers Veille
Programmes Abroad

Par Charles Degenne, Guillaume Herlédan & Baptiste Liquard

Notre séjour à l’étranger nous a confrontés tous trois à un pays limitrophe de la France : le Royaume-Uni. Pourtant un grand nombre de choses diffère, tant au niveau des goûts et couleurs que de l’innovation et la place consacrée à la création au sens large. Bien que séparés sur le territoire (Londres et Newcastle) nous avons su apprécier la diversité culturelle et surtout la dynamique issue de cette mixité. Pour certains, l’Angleterre n’est faite que de thé, couronne et dorures mais en s’intéressant de plus près à cette culture on y découvre un goût prononcé pour l’art, le design & le life style. Parfois inspirés des codes d’antan, parfois modernes, les Anglais ont toujours le chic pour des réponses élégantes et équilibrées.

En terme de design graphique et de packaging Paul Vickers est peut-être l’icône incontournable du chic british. Fort de vingt ans d’expérience en tant que directeur de création et designer, il été le mentor de quelques unes des plus grande agences mondiales telles que : Pentagram Londres, Interbrand New-York, Design solution Paris, Dragon rouge … Son goût des belles choses, l’intelligence et la créativité de ces connectes ainsi que la justesse de ses créations l’ont propulsé autour du monde sans que jamais ce dernier n’oublie ses racines. Il a d’ailleurs été récompensé pour son travail par un Gold Award au Pentawards en 2009, Saint-Graal et récompense ultime pour un designer packaging.

  • I LOVE DUST – Définitivement ancrée dans le présent

Construire une véritable réputation mondiale à partir de zéro n’est jamais chose facile, mais le studio de design multidisciplinaire I Love Dust a relevé ce défi : situé dans le sud de l’Angleterre, ce studio compte Nike, Coca-Cola ou encore Levi’s parmi la liste de leurs clients internationaux. Les travaux de ses designers sont variés : conception et image de marque pour des chaussures de sport, jouets en vinyle ou encore des vélos. Pas mal pour un studio qui a commencé avec seulement deux designers qui ont peiné à avoir des clients. I love dust cultive donc une philosophie simple qui leur est chère : « produire des travaux vraiment géniaux, et travailler sans compter et avec sérieux» . Cette agence est représentative d’un nouveau positionnement pour les agences de design en Angleterre : être ancrée dans le présent. Ginger Monkey agence tenue par Tom Lane s’intègre totalement dans cette philosophie créative mais réaliste.

image1

En évoquant le concept de design responsable, Sebastian Cox s’illustre comme le designer «écolo» anglais. A la limite du travail d’un artisan, il crée des produits uniques à partir de pièces de bois récupérées dans les forêts anglaises.  Il met un point d’honneur à utiliser de manière intelligente ces ressources en gérant de façon responsable ses approvisionnements en bois. En effet, en association avec l’organisme English Nature, Sebastian Cox va contribuer à reboiser l’Angleterre en apportant une solution économique à un problème écologique : la conception de meubles. C’est l’un des designers pionniers en la matière.

Difficile également de ne pas parler de Google et son « campus » londonien. Le nom est trompeur car si c’est bien le géant américain qui l’a financé, ce bâtiment accueille depuis près d’un an des start-ups prometteuses. L’idée était de créer un espace de co-working ouvert aux jeunes entrepreneurs. Si ce lieu dispose bien-sûr des dernières innovations technologiques, il a également été conçu de façon à faciliter les rencontres entre les usagers. Si l’architecture des lieux reste fidèle à ce que l’on connaît de Google, la véritable innovation était de faire de ce lieu un bâtiment « open source ».

imzge2

Le plus original, c’est Tom Dixon. C’est en tous cas ainsi qu’on le qualifie en Angleterre ! Alors qu’il est bassiste dans une boîte de nuit, il commence à expérimenter en journée la soudure et crée des objets en métal recyclé. Après des débuts peu communs, il fonde l’agence « Creative Salvage » en 1985 et se fait véritablement connaître notamment grâce à la chaise « Pylon », véritable best-seller. Il devient par la suite directeur artistique de Habitat et parallèlement développe sa collection de mobilier. Aujourd’hui, des musées du monde entier exposent son travail, chacune de ses créations étant plus sculpturale que la précédente.

image3

Charles DEGENNE Guillaume HERLEDAN Baptiste LIQUARD

Partager cet article

Articles liés

Articles Populaires

Laisser un commentaire