Design à Montréal

Métiers Veille
Programmes Abroad

Vous allez découvrir un petit aperçu du design présent à Montréal à travers le travail de 4 designers / architectes  mais aussi un exemple de « design pour tous » et une très belle illustration « d’éco-design ». Bonne lecture ! Roger Taillibert Le stade Olympique de Montréal fût construit à l’occasion des jeux Olympique d’été de 1976. Il pouvait accueillir jusqu’à 62 000 personnes et sa tour de 175 mètres de haut le place en sixième postion des édifices les plus haut de Montréal. Conçu par l’architecte français, Roger Taillibert, ce monument demeure une figure emblématique de la ville, notamment pour sa forme singulière mais surtout pour sa périlleuse et très couteuse construction. En effet, les travaux prirent un retard considérable et de ce fait le stade fut dépourvu de toit pour l’ouverture des jeux. Deux ans plus tard la ville décida de finir la construction, mais les problèmes techniques s’enchainèrent faisant grimper en flèche le coût des travaux. Le stade fut terminé en 1981 pour un coût total de 925 millions de dollars au lieu de 400 millions estimé au commencement du projet.

093010 002

Stade Olympique de Montréal

Victor Prus Suite aux jeux Olympiques de 1976, Montréal s’ouvre davantage au tourisme. L’idée nait alors de construire un centre de congrès. C’est en 1983 que le Palais ouvre ses portes d’après les plans de l’architecte Victor Prus. En 1990 l’édifice subit des travaux visant à doubler sa superficie. Ce bâtiment se démarque par sa façade remarquable constituée de 332 panneaux de verre colorés et de 58 panneaux de verre transparent. De jour comme de nuit la lumière créé des jeux de couleurs merveilleux. Le Palais des Congrès de Montréal occupe le premier rang au Canada en tant que ville d’accueil de réunions internationales, et la deuxième position en Amérique du Nord, derrière New York. De plus celui-ci apparaît dans l’ouvrage Les 1001 merveilles de l’architecture qu’il faut avoir vues dans sa viede Mark Irving. Terri Meyer Boake, Directeur de l’école d’architecture de l’Université de Waterloo a également publié une étude architecturale sur le Palais.

montage

Palais des Congrès de Montréal

Érick Villeneuve et Jean Beaudoin A l’occasion de la période des fêtes de fin d’année, la ville de Montréal a lancé un grand concours afin de mettre en place des installations lumineuses dans la ville. Un « champs de pixels » géant à été imaginé par Érick Villeneuve et Jean Beaudoin. Celui-ci intègre plus de 400 sources lumineuses interactives, servant à marquer l’arrivée de Noël. «Chaque fois qu’une personne bouge à proximité d’un pixel, celui-ci change pendant trois secondes sa couleur rouge initiale pour le blanc et inversement», raconte Érick Villeneuve. De cette façon, «un travail de groupe peut mener à la conception d’un message ou d’un dessin», poursuit-il. Cette installation fonctionne à l’aide de petites ampoules à LED qui sont logées dans des corbeilles à papier en plastique et qui diffusent ainsi la lumière. Cette installation est peu énergivore elle n’utilise que 400 Watts par jour soit 1 Watt par pixel.

« Champs de Pixels » Érick Villeneuve – Jean Beaudouin

Bernard Duguay et Pierre Gagnon – Lucion Média Toujours pour la même occasion, Bernard Duguay et Pierre Gagnon on imaginé les « sphères polaires ». Présentes sur la célèbre Place des Arts de Montréal, ces 25 sphères de vinyle de 3 à 10 mètres de diamètre explorent 3 thèmes : jeux d’hiver, lumières d’hiver et l’hiver urbain. Chaque sphère possède son imaginaire propre par le biais de séquences lumineuses, auditives et vidéo. Certaines interagissent avec les spectateurs.

Cette installation s’inscrivait à merveille dans l’environnement. De jour elle ressemblait à des boules de neiges géantes et de nuit un univers fantastique et poétiques en était révélé.

Les

Les « Sphères Polaires » Lucion Média

Association des bénévoles – Directrice Johanne Lejeune L’Association des bénévoles du Musée des beaux-arts de Montréal a été fondée en 1948. Depuis, sa contribution au développement du Musée et à l’enrichissement de ses collections est demeurée exemplaire. A l’occasion des fêtes de fin d’année, l’Association des bénévoles  invite de multiples organisations culturelles à décorer à leur manière le traditionnel sapin. De la fondation du cancer du sein du Québec à l’assocation « Orig-amis » en passant par le conservatoire de Montréal, l’ensemble des créations cohabitent dans un même espace.  Mis en scène dans le hall du Musée des beaux-arts de Montréal, cette exposition est composée de 35 arbres de Noël pour faire briller les yeux des enfants et faire rêver les grands !

Sapin fait par une association de lutte contre le cancer du sein

Sapin décoré par la fondation du cancer du sein du Québec

O.N.E / Objets non enfouis A l’occasion du salon des Artisans-Récupérateurs, la Biosphère de Montréal a accueilli l’exposition O.N.E / Objets non enfouis. Les 16 tenues exposées sont confectionnées à partir de déchets et de produits de consommation de masse. Pièces de voitures, piles, peau de saumons ou encore déchets électronique… tels sont les matériaux utilisés pour la confection des différentes tenues ! Cette 5ème édition du Salon des Artisans – récupérateurs a réuni 43 exposants ayant pour but commun de concevoir des objets décoratifs et utilitaires avec une dimension éco-responsable. Des vêtements, des bijoux et des accessoires conçus à partir de matières récupérées ont cohabité le temps des fêtes de fin d’année !! Des cadeaux originaux pour votre entourage et surtout pour l’environnement !!!

montage robes

à gauche : Sac-À-Porter par Mélanie Casavant, OKZOO Objets Non Enfouis : sacs de plastiques – à droite : Robe de Balles par Geneviève Dumas et Geneviève Flageol (MolyKulte) Objets Non Enfouis : cartouches de fusils

Article rédigé par Julia Magnaud et Axelle Naslin

Partager cet article

Articles liés

Articles Populaires

Laisser un commentaire