Data et démarche design

Métiers Expérimentations
Programmes

La thématique de la Smart City est devenue quasi incontournable quand on évoque les projets urbains à venir, interrogeant ainsi les pratiques des faiseurs de villes, notamment le design. Il est donc nécessaire d’intégrer cette donnée dans les projets et démarches design afin d’en explorer les potentialités. Les étudiants du Design Lab Ville Durable de L’École de design Nantes Atlantique ont été sensibilisés à cette approche lors d’un séminaire d’un mois. Le but : croiser leurs observations sur le terrain (liées à leur savoir-faire de designer) à de la captation de données dans des lieux monitorés (la Plateforme Régionale d’Innovation PRI-Design et le parking de la Centrale des artisans coiffeurs). Il s’agit de comprendre le rôle, l’articulation et l’importance de la donnée quantitative (proximité, son, humidité, température, luminosité, fréquentation) et qualitative (analyses et observations de l’espace, flux, retours usagers)  dans l’analyse d’un contexte d’intervention design ainsi que d’appréhender la façon dont la donnée interroge l’adaptabilité des espaces (espaces et services adaptés au contexte).

capture-decran-2017-04-13-a-11-47-01

Les étudiants ont ainsi pu comprendre les processus à l’oeuvre dans le recueil, le traitement et l’analyse des données et proposer différents scénarios issus de ces données. Ils ont ainsi pu travailler sur la visualisation des données, un moyen de mettre en évidence les opportunités offertes par la captation et par l’observation et de faire émerger des propositions de problématiques ou de projets design. Ils ont été aidés et encadrés par Hilda Zara, chargée de recherches pour la Chaire Environnements connectés Banque Populaire Atlantique – LIPPI, Christine Vignaud, responsable pédagogique du Design Lab Ville Durable, Thomas Busson, Président et co-fondateur de Matlo, Thomas Dupeyrat, directeur général de Matlo, et Quentin Le Roux, designer pour la chaire Environnements connectés Banque Populaire Atlantique – LIPPI.

Huit groupes ont pu élaborer des analyses et des propositions :

  • – en recueillant les données, en les traitant,
  • – en les visualisant sur un mode de représentation innovant ancré dans le contexte (dans l’espace analysé),
  • – en proposant d’autres formes de représentations intégrant des données plus sensibles (de l’ordre du sensoriel, par exemple),
  • – en formulant des propositions de services connectés issus de ces analyses.

Ces différentes propositions feront chacune l’objet d’articles détaillés.

 

Partager cet article

Articles liés

Articles Populaires

Laisser un commentaire