3 questions à H. Zara

Métiers La Chaire en questions
Programmes

Hilda Zara, psychologue environnementaliste et chargée de recherche au sein de la chaire Environnements connectés Banque Populaire Atlantique – LIPPI, évoque l’apport des sciences humaines dans le domaine de la recherche en design ainsi que son rôle au sein de la chaire.

Hilda Zara

Hilda Zara, chargée de recherche au sein de la chaire Environnements connectés Banque Populaire Atlantique – LIPPI

Quel est l’apport des sciences sociales dans la recherche en design ?

De manière très large, les sciences sociales étudient la société et la façon dont les personnes se comportent et influencent leur entourage (ESRC, 2016). La sociologie, l’anthropologie, la psychologie et la géographie humaine sont quelques exemples des disciplines des sciences sociales.  En ce qui concerne le design, on peut trouver les apports des sciences sociales dans les trois différents modèles de recherche en design (voir Findeli, 2005). Par rapport aux démarches de recherche pour le design, les contributions méthodologiques et théoriques des sciences sociales peuvent élargir la compréhension des dimensions culturelles, sociales et psychologiques d’un projet de design avant la phase d’idéation. Quand il s’agit de la recherche sur le design, les sciences sociales peuvent répondre à des questions telles que: qu’est-ce qu’est le design, pourquoi faire du design ou qu’est qui se passe au niveau cognitif et émotionnel quand un designer fait du design (Downtown, 2003). Dans ce cas-là les sciences sociales contribuent, dans les limites de leurs propres domaines de connaissances à la compréhension du processus de design. Enfin, dans la recherche par le design, le projet-recherche se nourrit des contributions méthodologiques des sciences sociales pour développer une méthodologie propre à la pratique du design. La recherche par le design hérite et adapte des méthodologies de recherche de sciences sociales, telles que la recherche-action participative et la grounded theory, pour répondre à des questions de recherches particulières au domaine du design.

Qu’est-ce que la psychologie environnementale ? Comment permet-elle d’appréhender les environnements connectés ? 

La psychologie environnementale est définie par Moser (2009) comme l’étude des interrelations entre l’homme et son environnement dans ses dimensions physiques et sociales. Les psychologues environnementalistes s’interrogent sur les effets des environnements sur le comportement humain: les besoins en termes de confort et de qualité de vie dans les différents espaces de vie, comment les individus et les groupes construisent leur identité à partir de leur rapport aux lieux et dans quelles circonstances les individus s’engagent dans des comportements pro-environnementaux (Moser, 2009).

Dans un monde ou les interactions entre les infrastructures numériques et physiques sont croissantes, le défi pour le design est de pouvoir mettre cette technologie au service de la qualité de vie et des potentialités des usagers. Cela requiert une approche qui respecte les particularités psychologiques, sociales et culturelles des individus et des groupes. La psychologie environnementale, avec nécessairement l’implication d’autres sciences sociales, peut aider à mieux comprendre les nouvelles habitudes, les émotions et aspirations associées aux environnements connectés. Elle peut aussi étudier les impacts des nouvelles interactions dans le rapport quotidien des individus aux lieux et aux autres. Finalement, elle pourrait explorer comment les individus construisent leur identité dans un contexte ou leurs comportements sont susceptibles d’être captés et transformés en données.

Quel est votre rôle au sein de la chaire Environnements connectés Banque Populaire Atlantique – LIPPI ?

En tant que chercheuse sociale j’accompagne les processus de recherche par le design au sein de la chaire Environnements connectés Banque Populaire Atlantique – LIPPI. D’une part je fais de la recherche documentaire par rapport aux concepts, méthodes et expériences déjà existantes qui peuvent nous permettre de mieux comprendre les enjeux des environnements connectés et mettre en avant une approche centrée sur l’usager et les usages dans les projets de la chaire. D’autre part, en collaboration avec l’équipe multidisciplinaire de la chaire Environnements connectés Banque Populaire Atlantique – LIPPI, nous réfléchissons à des protocoles d’observation, d’expérimentation et d’évaluation en situation de recherche-projet sur un mode participatif, à la faveur des projets menés au sein de cette chaire. Par exemple, j’ai pu évaluer la première phase du Living Lab la Centrale depuis la perspective des participants. A travers le suivi des expériences, il est possible de systématiser les contributions de la chaire aux connaissances du design des services connectés et faire évoluer les méthodes de recherche par le design propres à la chaire Environnements connectés Banque Populaire Atlantique – LIPPI.

Downton, P. (2003). Research Design. RMIT University Press.

Findeli, A. (2005). La recherche-projet : une méthode pour la recherche en design. Dans Michel, R. (dir.), Erstes Designforschungssymposium. Zurich: SwissDesignNetwork, pp.40-51.

Moser, G. (2009). Moser, G. (2009). Psychologie environnementale : Les relations homme-environnement. Groupe De Boeck : Bruxelles.

Partager cet article

Articles liés

2689 vues
capture-decran-2017-01-17-a-10-07-51
Design et sciences humaines : le rôle de l’...janvier 17, 2017 par Zélia DARNAULT
2235 vues
Capture d’écran 2016-06-07 à 16.28.35
G. Cliquet : Designing Internet of Things for Peop...juin 7, 2016 par Zélia DARNAULT
3178 vues
12747926_1019479371442168_7993388427061211424_o
Espaces cartographiés : ateliers croisés pour co...mars 9, 2016 par Zélia DARNAULT

Articles Populaires

Laisser un commentaire