Exposition à Angers : DÉCORS ET ENLUMINURES

Métiers Graphisme
Programmes

Exposition présentée par les Archives départementales du Maine-et -Loire

Du 17/10/11 au 24/02/12

106, rue de Frémur BP 80744

49007 Angers cedex 01

LES ARCHIVES DÉPARTEMENTATLES DE MAINE-ET-LOIRE

Ces archives ont pour vocation de conserver les documents qui éclairent l’histoire de l’homme (institutions et territoires ). Elles sont considérées dès le XIXe siècle comme les plus belles et les plus riches archives de France.

PRÉSENTATION : un nouveau regard

L’exposition a été réalisée par les Archives départementales du Maine-et-Loire sous la direction d’Hélisabeth Verny.  Jean-Yves Bardin et Gérard Audias, membres de Creazen ont assuré la scénographie.

Le but de l’exposition était de montrer que le manuscrit n’est plus seulement considéré comme un vecteur de connaissance mais aussi comme un objet d’art,  un reflet de la sensibilité et de la technique de son époque.

L’exposition fut ludique, agréable avec un accompagnement musical d’harpe en accord avec le lieu. Les oeuvres, très bien conservées étaient protégées par du verre et mises en valeur par des panneaux d’informations illustrés. Des puzzles et un jeu de devinettes étaient proposés aux spectateurs ainsi qu’une  vidéo expliquant la fabrication d’une plûme, la préparation du support de l’enluminure et l’utilisation de la feuille d’or.

Préparation du support de lenluminure et de la plume.

Préparation du support de l’enluminure et de la plume.

Vidéo sur le musée du Parchemin et de l’Enluminure (Rouillon – Sarthe)

Calligraphie – Enluminure : Réalisation d’une lettre filigranée

L’exposition présentait des manuscrits et des décors variés illustrant un art multiple. J’ai pu découvrir de belles lettrines, des armoiries peintes à la gloire des seigneurs d’Anjou et des dessins et ornements réalisés à la plume.

INFORMATIONS CONTEXTUELLES

Le mot  “écriture“ du latin scriptura désigne la représention de la parole ou de la pensée par les signes convenus. L’outil universel de l’écriture est à l’époque la plume qui remplace au VXe siècle la calame (roseau taillé).

L’apogée du manuscrit est situé entre le XIIe et le XVIe siècle. Grâce au livre médiéval, l’art de l’enluminure devient plus familier. Les travaux des greffiers sont uniques et la composition, la forme et le décort de l’écrit ont toujours une signification particulière. Ces particularités m’ont intéressé parce que ce sont les travaux artistiques personnels qui ont fait la richesse des manuscrits illustrés.

L’enluminure est une activité essentiellement monastique, pratiquée sur du parchemin au Moyen-Âge. C’est un décor des manuscrits, qu’il soit dessiné ou peint.

LES OEUVRES EXPOSÉES

Cartulaires : Registres dans lesquels étaient transcrits les privilèges et les titres des différentes institutions. Les caligraphies sont plus soignées, les lettres sont ornées et les textes sont différenciés par des couleurs.

Cartulaire de Quiberon.

Cartulaire de Quiberon.

Missels : Registres très enluminés. Les deux plus beaux missels sont le missel de Jean Michel (1440), missel avec des initiales dorées, des rinceaux de vignes bleues et rouges formant des motits, des bouquets de roses et des feuilles dorées. L’autre missel est celui de Pierre de Laval (1491), réputé pour ses gravures peintes imprimées.

La finesse de réalisation et les décors de ces missels illustrent la technique du livre enluminé au XVe siècle.

Exemple dun Missel : un Missel de la Chapelle de la Miséricordie à Nice.

Registres papiers : Registres de textes racontant des faits avec des enluminures en noir et blanc. Ses registres datant de 1999  proviennent de l’Abbaye de Fontevraud. J’ai trouvé ces registres intéressants pour les enluminures, davantage associés à des visages dessinés plus qu’à des motifs décoratifs.

DU MANUSCRIT AU LIVRE PAPIER

Les cartulaires et les livres liturgiques représentent deux illustrations différentes d’une même forme qui constitue l’invention majeure du Moyen-Âge : le livre. Cette invention est liée à la révolution du support avec la création du papyrus remplacé au Xe siècle par le parchemin (peaux d’animaux), et aussi à la révolution du format au cours de laquelle la pliure des peaux ont permis de réaliser des cahiers et donner naissance au livre.

www.creazen.net

lexposition-en-cours

Rapport d’étonnement réalisé par Hadrien Cathelineau

Partager cet article

Articles liés

1248 vues
2015_MeghaneMessadia_JosephineZabern
Portraits classiques [?]décembre 7, 2016 par Lucile COLOMBAIN
3515 vues
Bic Cristal Kévin SCOTET Falko JAKUBIKOWA Alexandre DEFFENAIN 7
Séminaire stop motion 2015décembre 21, 2015 par Saline PINEAU
1762 vues
cartulaire-75f8e
Exposition à Angers : DÉCORS ET ENLUMINURESavril 17, 2012 par h.cathelineau

Articles Populaires

Laisser un commentaire